Processo BAC

Quand une personne consomme de l’alcool, celui-ci commence immédiatement à passer dans le sang. Une petite partie passe directement par la muqueuse buccale et par l’oesophage. Un quart environ de l’alcool passe dans le sang après assimilation par l’estomac et le restant par les intestins, principalement l’intestin grêle.

L’assimilation de l’alcool par le corps est plus ou moins rapide. Les facteurs suivants accélèrent le passage de l’alcool dans le sang:

• Les boissons alcooliques chaudes

• Les boissons alcooliques contenant du gaz carbonique

• L’alcool et le sucre

• L’ingestion rapide

• L’estomac vide

• Les facteurs individuels, comme certaines maladies.

Plus le passage de l’alcool dans le sang est rapide, plus le taux d’alcool dans le sang augmentera rapidement, et plus vite on sera ivre. A l’inverse, la concentration d’alcool dans le sang augmente plus lentement lorsque le passage par l’estomac est lui aussi ralenti, ce qui est avant tout le cas lorsque l’on a mangé. La digestion de la nourriture dans l’estomac fait que l’alcool y reste lui aussi plus longtemps et arrive ainsi moins vite dans les intestins.

Par le sang, l’alcool se diffuse rapidement dans le corps et se répartit dans tous les organes. La concentration maximale d’alcool dans le sang est généralement atteinte au bout de 60 minutes. Lorsqu’on mesure le taux d’alcool dans le sang, on trouve la partie de l’alcool qui n’a pas encore été éliminée par le tractus gastrointestinal et par le foie.

L’alcool est plus soluble dans l’eau que dans la graisse. La concentration d’alcool dans le sang dépend donc pour l’essentiel de la quantité d’eau contenue dans le corps. En règle générale, les personnes plus Lourdes ont aussi davantage d’eau dans leur corps et donc un taux d’alcool plus faible avec la même quantité d’alcool. A poids égal, le corps d’une personne qui a moins de tissus adipeux contient davantage d’eau que celui d’une personne qui en a plus.

Pour pouvoir calculer l’alcoolémie (taux d’alcool dans le sang) chez une personne, il faut connaître la quantité d’alcool qu’elle a consommée et son poids. Il faut en outre tenir compte du fait que les femmes ont en

moyenne davantage de tissus adipeux et moins d’eau par kilo que les hommes. L’eau représente ainsi environ 68% du poids chez les hommes, contre seulement 55% chez les femmes. Lorsque l’on calcule l’alcoolémie,

on tient donc compte d’une constante de 0,68 pour les hommes et de 0,55 pour les femmes. La différence de proportion entre tissus adipeux et liquide corporel chez les hommes et les femmes fait qu’à poids égal et à consommation égale, le taux d’alcool est généralement plus élevé chez une femme que chez un homme.

Pour simplifier, on part du principe qu’un verre de boisson alcoolique contient 12 gr. d’alcool pur. Cela

correspond en effet approximativement à la quantité d’alcool pur contenue dans un verre dit standard. Par verre standard, on entend les quantités normalement servies dans les restaurants lorsque l’on y commande une bière, un verre de vin ou un alcool fort (3 dl. De bière, 1dl. de vin, 2 cl. d’alcool fort). Lorsque l’alcool est consommé par petites doses sur une durée assez longue ou en accompagnement d’un repas, la concentration d’alcool dans le sang augmente moins vite et le corps est en mesure d’éliminer une partie de l’alcool au fur et à mesure.

En moyenne, le corps élimine de 0,1 à 0,15‰ par heure. L’alcool est éliminé en majeure partie par le foie.

Jusqu’à 10% environ de l’alcool peut être éliminé par les poumons, les reins et la peau. L’élimination de l’alcool par le foie se fait grâce à différentes enzymes.

Différences entre les genres

En règle générale, les femmes supportent moins bien l’alcool que les hommes. Autrement dit, à quantité égale consommée, l’alcool est plus nocif pour les femmes que pour les hommes. Cette différence s’explique de plusieurs manières:

Le corps d’une femme comporte en moyenne davantage de tissus adipeux et moins de liquide que celui d’un homme. L’alcool étant plus facilement soluble dans l’eau que dans la graisse, il se diffuse avant tout dans le liquide corporel. A poids égal et à quantité égale d’alcool consommée, la concentration d’alcool dans le sang est donc généralement plus élevée chez les femmes que chez les hommes.

Par ailleurs, les femmes disposent d’une quantité moindre d’enzymes contribuant à l’élimination de l’alcool qui se trouve ainsi ralentie.

Différences liées à l’âge

Les effets et les risques liés à la consommation d’alcooldépendent aussi de l’âge, les jeunes supportant moins bien l’alcool que les adultes et étant davantage exposés aux dangers qui en découlent. En règle générale, les adolescent-e-s ont un poids inférieur à celui des adultes. De ce fait, l’alcool se répartit dans une quantité plus faible de liquide corporel et la concentration d’alcool dans le sang se trouve ainsi augmentée. A cela s’ajoutent les mêmes différences entre les genres que chez les adultes.

Comme les jeunes, les personnes âgées supportent moins bien l’alcool elles aussi, car la part de liquide par kilo diminue avec l’âge et la répartition dans l’organisme se fait donc moins bien; en outre, l’organisme a besoin de plus de temps pour éliminer l’alcool.